Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entre chien et loup

Publié le par lilikou

Limonov

Emmanuel Carrère, P.O.L.

Sachez tout d'abord que je suis de parti pris : j'adore Emmanuel Carrère.

Tout ce que j'ai pu voir ou lire de ce qu'il a réalisé, écrit, dit, pensé... tout m'a subjuguée.

Je ne m'en suis pas rendu compte tout de suite, mais petit à petit, j'ai trouvé son nom au bas des choses que j'aimais :

  • les adapatations des romans de Fred Vargas pour France Télévisions (vous ne les avez pas vues ? mais qu'attendez-vous, vous fans de l'excellente romancière, pour vous jeter sur ces téléfilms réalisés par Josée Dayan, où les personnages comme sortis tout droit de mon imagination évoluent dans des ambiances intimistes et superbes, où Jean-Hugues Anglade est Adamsberg, -au passage, j'ai détesté Pars vite et reviens tard avec José Garcia, trop lisse, trop superficiel-).
  • son récit Un roman russe où il livrait pêle-mêle ses souvenirs de famille, l'histoire de sa grand-mère, des fantasmes intimes et des portraits vivants de Russes rencontrés pendant son long séjour en Russie. Le prélude, sans doute, à Limonov. Je l'ai lu voilà quelques années, et je vais sans doute le relire avant la fin de l'année, à la lumière de ce que je sais de Carrère aujourd'hui. Certains lui reprochent de se livrer trop... A vous de juger. Je n'ai pas été subjuguée, mais fascinée, certainement.
  • branchez-vous prochainement sur France Culture pour écouter une mise en scène radiophonique de son récit D'autres vies que la mienne, que je n'ai pas lu à la sortie, et que j'ai découvert lu par lui-même dans l'émission de François Busnel sur France Inter : le récit de deux familles, de deux deuils insoutenables, une mère pour les uns, un enfant pour les autres, au terme d'une longue maladie pour la première, pendant le tsunami pour la seconde... Un magnifique récit dans lequel la force morale, l'amour, le désir de vivre de ces gens vous percutent de plein fouet.  Leur douleur vous ravage, et leur espoir vous relève.
  • Enfin Limonov... Un personnage étrange, sulfureux, sorti tout droit d'une petite ville de l'ex-URSS, mégalo, opportuniste, fasciste, révolutionnaire, poète, écrivain, soldat, clochard... tous ces adjectifs peuvent lui être attribués. Difficile de cerner le personnage, fluctuant, séducteur, trouble, Emmanuel Carrère ne prétend pas le connaître assez pour cela...

Je souris  aujourd'hui, car Carrère a reçu le prix Renaudot pour Limonov. Bien mérité. Vous me direz ce que vous en pensez.

Commenter cet article